Trucs & Astuces

J’ai testé les in-mails Linkedin… Ca envoie !

avis-in-mails-linkedin-test-retour-experience

Avant de commencer, je tiens à vous souhaiter une excellente année 2017. Je vous souhaite qu’elle soit belle sur le plan professionnel mais surtout excellente sur le plan personnel !

Pour moi, elle sera synonyme d’une refonte de site pour mon entreprise, ma première refonte gérée avec une agence externe. J’espère d’ailleurs avoir le temps de vous faire un retour sur l’appel d’offre que j’ai réalisé dans le cadre de cette refonte: mes conseils pour avoir un cahier des charges efficaces, les erreurs à éviter lors des soutenances avec les agences, comment se décider lorsque plusieurs agences sont intéressantes… etc


Pour bien débuter l’année, j’avais envie de vous faire un retour d’expérience et vous livrer mon avis sur les in-mails Linkedin, que j’ai eu l’occasion de tester en fin d’année dernière.

Un in-mail Linkedin, c’est quoi ?

Un in-mail est un message qui est envoyé par l’intermédiaire de Linkedin, au nom d’un annonceur, directement dans l’in-box d’un compte Linkedin.

Ce message est envoyé au nom d’un profil existant sur Linkedin (ex: Directeur général d’une entreprise) ce qui permet de personnaliser l’envoi et le faire passer pour un message non publicitaire.

Exemple d’in-mail Linkedin

Concrètement, voici un exemple d’in-mail:

in-mail-linkedin-exemple

Comme vous pouvez le voir, il s’agit d’un message textuel qui a la particularité d’avoir un bouton d’action (« En savoir plus ») et de mentions légales en fin de mail.

L’approche de l’internaute peut être personnalisée aussi bien sur son prénom (« Bonjour Sébastien ») que sur son nom. Le message comporte un titre et un pavé publicitaire placé en colonne de droite qui permet de personnaliser l’univers du message.

Renseignez votre adresse e-mail pour recevoir mes prochains conseils

Quelle performance vs un e-mail normal ?

Malgré le fait qu’il ne s’agisse principalement d’une communication principalement rédigée et que le nombre d’image soit limité à 1 (sur la colonne de droite en plus), force est de constatée que les performances sont au RDV.

Sur plusieurs campagnes réalisées, voici les différentes statistiques que j’obtiens:

  • Taux d’ouverture: 51%
  • Taux de réactivité: 10%
  • Taux de clics: 5%
  • Taux de conversion: élevé !

A noter que cette quantité moyenne correspond à plusieurs envoies et donc plusieurs milliers d’in-mails envoyés.

Le coût du contact est forcément plus élevé que sur d’autres bases, mais la qualité de la cible permet de compenser cette hausse du contact.

Par ailleurs, je n’ai pas encore testé cette fonctionnalité pour une campagne de génération de leads (téléchargement d’un livre blanc par exemple) mais il est fort probable que les performances seront encore meilleures que celles que j’énonce ci-dessus.

Comment expliquer ces performances ?

Comme vous pouvez le constater, les performances des in-mails sont plutôt supérieures à la moyenne du marché des e-mailing traditionnels. Pour rappel, le taux d’ouverture moyen d’un e-mail dans le monde en 2015 était de 21%, soit une différence de 30 points.

Pour moi, il y a plusieurs facteurs:

  • Le fait de personnaliser l’envoi par un profil existant de Linkedin permet de flouer l’utilisateur sur le fait que ça soit un e-mail commercial.
  • Comme le produit est encore assez peu utilisé par les entreprises, les internautes ne sont pas encore habitués à recevoir de telles communication. Le facteur « inexpérience » des internautes vis à vis de ce produit est donc à prendre en compte.
  • L’in-mail étant envoyé directement par Linkedin dans la boîte des utilisateurs, il n’y a pas de problème de délivrabilité, contrairement aux e-mails traditionnels.
  • La capacité de cibler des profils par leur fonction permet d’avoir une audience très qualifiée: si le message est bon, il est logique que les taux de réactivité soient élevés et ce, même si l’e-mail est en format texte.

Comment accéder à cette fonctionnalité ?

Les in-mails ne sont accessibles que lorsqu’un annonceur passe par la régie premium de Linkedin. Cela implique un certain budget à investir sur un trimestre: au minimum 10-15k€.

Pour envoyer un in-mail Linkedin, il est nécessaire de consacrer au minimum 2k€ par campagne, ce qui fait en général entre 3 et 7000 in-mails qui seront envoyés aux membres ciblés.

Edite suite aux commentaire d’Alexis et William

Linkedin propose désormais cette fonctionnalité à tous les annonceurs depuis sont campaign manager.

Le budget minimum n’est donc plus nécessaire pour accéder à cette fonctionnalité et c’est TANT MIEUX !

Mon avis sur les In-mails Linkedin

Vous travaillez en B to B et vous avez des messages à faire passer à une audience précise, présente sur Linkedin (toutes les catégories sociaux-professionnelles ne sont pas présentes sur ce réseau social), je pense que cela vaut le coup de tester les performances de cette fonctionnalité.

Au vu des performances de mes campagnes sur des produits payants, je suis convaincu que cet outil peut être vraiment très puissant pour faire de la génération de leads qualifiés lorsqu’on travaille en B to B.

Et une chose est certaine, si Facebook développe le même produit, cela sera intéressant de voir les performances sur des campagnes B to C.

Votre avis m’intéresse:

Et vous, avez-vous déjà testé les in-mails Linkedin ? Si oui, quel est votre retour ?

J’ai testé les in-mails Linkedin… Ca envoie !
Laissez votre avis sur cet article

A propos de l'auteur

Sébastien BLERIOT

De retour d'une (folle) année d'expatriation au Canada, j'accompagne désormais l'organisme de formation ELEGIA dans sa stratégie digitale.
Evoluant en e-commerce depuis plus de 7 ans maintenant, j'ai profité de mes différentes expériences chez Rueducommerce et Next Interactive (BFM TV, RMC, 01net) pour développer mon expertise de la vente en ligne.
J'accompagne régulièrement des e-commerçants dans l'optimisation de leur stratégie e-commerce.

5 commentaires

  • Bonjour,

    Effectivement il y a encore quelques mois il fallait signer auprès de la régie LinkedIn avec un budget de 10/15K€ par trimestre. Ce n’est plus le cas aujourd’hui : on peut démarrer des campagnes de sponsored InMails de la même manière qu’on ferait des sponsored updates, directement dans Campaign Manager.

    • Bonjour Alexis, je travaille au sein de la régie publicitaire LinkedIn et confirme vos propos. Les Inmails sponsorisés sont maintenant accessibles sur Campaign Manager (linkedin.com/ads) sans minimum d’investissement. Bonne continuation

  • Bonjour pouvez vous apporter des précisions sur

    Les in-mails ne sont accessibles que lorsqu’un annonceur passe par la régie premium de Linkedin. Cela implique un certain budget à investir sur un trimestre: au minimum 10-15k€.

    on peut être premium linked in pour une 50 aine d’euro, mais un max de 30 InMail dont disponible, comment accéder à cette fonctionnalité de mass inMail ? merci pour votre retour !

    • Pour accéder à cette fonctionnalité, il est nécessaire de signer un ordre d’insertion en direct avec la régie de Linkedin avec un minimum de budget à la hauteur des chiffres que j’annonce plus haut (soit 10-15k par trimestre).

      En passant en direct avec la régie de Linkedin, cela impliquera également la création d’un nouveau compte Linkedin et un contact avec un account manager dédié.

    • Bonjour Jauquet, je travaille au sein de la régie publicitaire LinkedIn.
      Vous pouvez réaliser vos campagnes d’Inmails sponsorisés via Campaign Manager sans minimum d’investissements.

      Les comptes premium n’offrent pas la possibilité de mass mail car l’objectif est d’avoir une approche individualisée respectant les bonnes pratiques du Social Selling.

      Nous sommes donc d’un côté sur une solution d’inbound marketing via l’Inmail qui a pour objectif de générer du trafic qualifié tout en touchant une certaine masse critique. Pour ce qui est des profils premium ou sales navigator, il s’agit d’une stratégie d’outbound comprenant de la prospection auprès de profils encore plus ciblés.

Laisser un commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.