L'info de la semaine

Faut-il encore creer une page fan entreprise sur Facebook ?

Info de la semaine

J’ai déjà évoqué lors de mon dernier article une des conséquences de la modification du reach organique de Facebook au niveau du social commerce.

J’ai envie aujourd’hui d’aller encore plus loin dans la réflexion en vous posant la question suivante – une nouvelle fois un peu provoc’ – de savoir s’il est encore utile pour une entreprise d’être sur Facebook par l’intermédiaire d’une page fan.

On peut même aller encore plus loin en se posant la question suivante : le métier de community manager devra-t-il évoluer pour continuer à exister ?

Avant de commencer, vous pourriez également être intéressé:

Facebook, une pompe a fric pour les entreprises ?

Avant de commencer, il est nécessaire de faire un rappel sur la modification qui a eu lieu sur Facebook en décembre dernier et sur les conséquences que cela va entraîner.

pompe-a-fric

Le 3 décembre dernier, Facebook a annoncé une nouvelle modification de son algorithme dont l’objectif annoncé était de privilégier les contenus de haute qualité et les contenus dits « chauds » tout en limitant les doublons d’informations.

Alors c’est une bonne nouvelle car notre mur Facebook évite maintenant de contenir 4 fois la même information postée par 4 amis différents provenant de 4 sites différents. ENFIN ! ^^

Cependant, une raison supplémentaire a poussé Facebook à modifier son algorithme : son introduction en bourse !

En effet, depuis son introduction en bourse, Facebook se doit de générer toujours plus de chiffre d’affaires et de rentabilité. Or, pour augmenter la rentabilité, il est facile de taper sur ceux qui sont prêts à payer pour exister sur ce réseau social : les entreprises !

Et pour faire payer les entreprises – en plus des différents achats de Facebook Ads – Facebook a décidé de réduire la visibilité (jusqu’alors gratuite – même si au final, un community manager ne travaille pas bénévolement) des posts provenant des pages fans des entreprises, ce qui s’appelle le reach organique.

Ainsi, selon les derniers tests réalisés, les plus grosses pages Fans de Facebook ont maintenant – suite à la modification – un reach organique compris entre 2 et 4%. Ce qui signifie qu’à chaque fois qu’un community manager poste un contenu sur une page fan Facebook, seulement 2 à 4% des fans de la page aperçoivent ce contenu dans leur timeline, autant dire PINUTS !

Et tous les analystes s’accordent pour dire que le reach organique est condamné à se réduire à 0 pour les pages fans… Ce qui signifie donc que les contenus publiés sur les pages fans deviendront, à terme, invisibles dans les timeline des fans.

 

Une visibilite gratuite inexistante pour les pages fans

J’ai d’ailleurs pu m’en rendre compte lors d’un jeu concours que j’ai organisé sur Facebook pour le lancement de ma nouvelle boutique jeux vidéo en marque blanche sur 01net.

En effet, ce jeu permettait de gagner 5 clés pour la sortie sur PC du nouveau jeu, Titanfall.

Ce post a été publié à 19h, soit dans la meilleure tranche horaire pour les fans de 01net.

Le lendemain, voici les premiers résultats :

impact-modification-reach-facebook

Sur la même période, la page fan de 01net comptabilisait 687 000 fans.

Comme vous pouvez le voir, moins de 23 000 internautes ont vu cette publication, ce qui fait un taux de visibilité organique de 3.3%.

On peut d’ailleurs voir que le taux d’engagement sur une publication n’est plus un facteur clé pour la visibilité des posts car mon post avait 88 commentaires,  83 j’aime et 94 partages – soit un taux d’engagement de 1.16%.

Cela signifie donc que le nouveau reach organique de Facebook ne prend plus en compte l’engagement sur les posts comme cela pouvait être le cas il y a encore peu.

 

Une page fan d’entreprise, un poids mort ?

A la lecture de ces informations, on peut donc se poser la question de l’utilité d’une page fan Facebook pour une entreprise.

En effet, si ces pages fans ne servent plus à animer une communauté en publiant du contenu régulièrement – visant à générer du trafic vers le site de la marque ou encore faire du branding -, ces pages fans serviront alors uniquement à supporter les commentaires désobligeants des internautes mécontents de la marque et/ou à faire du SAV – comme c’est de plus en plus le cas pour les pages fans des sites e-commerce.

tulasvu

Au final, si les pages fans Facebook ne servent plus à driver du trafic sur le site de la marque – du moins gratuitement -, on peut se poser la question de leur utilité, si ce n’est pour faire du service après vente…

 

Vers une mutation du metier de community management ?

Si l’on reprend mon constat précédent, on peut également imaginer que les community manager ne seront plus uniquement des animateurs de communautés et des conseillers en service après vente ou de simple modérateurs – du moins pour le réseau Facebook.

En effet, la part du travail des community managers consacrée à l’animation sera réduite. Comment animer une communauté alors même que les posts publiés ne sont plus visibles sur Facebook ?

community-manager

Ainsi, selon moi, les community managers vont continuer à animer leurs différentes communautés sur les réseaux sociaux autres que Facebook. La non animation de la page facebook leur permettra de libérer du temps, que ce soit sur les autres réseaux sociaux ou sur un autre type d’activité.

Ce qui me fait dire que le métier de community manager va évoluer dans les prochains mois. Une piste intéressante, selon moi, serait de former ce métier à la gestion des Facebook Ads, c’est à dire à l’outil de publicité de Facebook.

Les community managers s’ouvriront ainsi à de nouvelles compétences complémentaires à leur activité première: générer du trafic – gratuit & payant.

 

Votre avis m’intéresse !

Et vous, pensez-vous qu’une page Fan Facebook est encore indispensable pour une entreprise ?

Par ailleurs, pensez-vous que le métier de community manager va évoluer dans les prochains mois ? Si oui, quelles nouvelles compétences devraient-ils développer ?

A propos de l'auteur

Sébastien BLERIOT

De retour d'une (folle) année d'expatriation au Canada, j'accompagne désormais l'organisme de formation ELEGIA dans sa stratégie digitale.
Evoluant en e-commerce depuis plus de 7 ans maintenant, j'ai profité de mes différentes expériences chez Rueducommerce et Next Interactive (BFM TV, RMC, 01net) pour développer mon expertise de la vente en ligne.
J'accompagne régulièrement des e-commerçants dans l'optimisation de leur stratégie e-commerce.

6 commentaires

Laisser un commentaire