Trucs & Astuces

Peut-on encore gagner de l’argent avec l’affiliation ?

gagner-argent-affiliation-ouvrir-boutique-en-ligne

Il y a quelques mois maintenant, je vous avais livré les principaux points d’attentions pour lancer un programme d’affiliation.

En effet, cette technique de commercialisation est généralement très appréciée par les e-commerçants qui viennent d’ouvrir une boutique en ligne car elle offre l’avantage de ne coûter de l’argent uniquement si elle en rapporte. C’est typiquement un levier d’acquisition de trafic à la performance.

Cependant, depuis l’avènement des places de marché, l’affiliation semble un peu moins en vogue, les e-commerçants cherchant à se référencer sur toujours plus de marketplaces.

Cela me fait me poser la question aujourd’hui si l’affiliation est encore une solution de commercialisation attractive… Je ne pense pas m’être arrêté sur une réponse, ainsi je suis preneur d’un retour de votre part à travers les commentaires : pensez-vous qu’il faille encore faire de l’affiliation ?

L’affiliation, ça coûte cher !

1. L’affiliation, c’est chronophage

S’il y a bien un défaut important qu’on peut attribuer à l’affiliation, c’est bien le temps que nécessite ce modèle de commercialisation. Surtout lorsqu’on est un petit site e-commerce, en mal de notoriété ; les Amazon, FNAC ou encore Décathlon n’ayant qu’à ouvrir un programme pour avoir plusieurs milliers de sites faisant la promotion de leurs produits.

Pour avoir un programme d’affiliation efficace, il est nécessaire dans un premier temps de démarcher des sites qui pourraient être intéressés par de la monétisation à la performance. Par ailleurs, une fois le parc de sites installés, il est nécessaire de les animer régulièrement pour les amener à vous mettre toujours plus en avant.

Il faut également répondre aux questions éventuelles des affiliés, leurs mécontentements et négociations régulières pour augmenter le taux de marge accordé lors d’une vente… etc. Bref, l’affiliation, c’est chronophage !

2. Les affiliés sont de plus en plus exigeants

Autre élément que j’ai commencé à évoquer plus haut, c’est l’exigence des affiliés qui est de plus en plus difficile à accepter pour les e-commerçants.

En effet, les sites de contenu, qui font généralement la promotion des produits commercialisés en affiliation, disposent toujours plus de nouvelles offres de monétisation, de moins en moins axées performances. Pour preuve, le développement des nombreux plateformes de publicités rémunérant leurs éditeurs au CPM.

Par ailleurs, sur certains secteurs de niches où les sites d’influences sont peu nombreux, les éditeurs sont désormais tellement sollicités par les annonceurs que les campagnes à la performance sont souvent mises de côtés au profit d’annonceurs payant cash.

3. Le coût de la plateforme

Pour en avoir discuté avec plusieurs e-commerçants lors de différents petits déjeuners de rencontre, un argument qui revient souvent est le coût de la plateforme.

En effet, contrairement aux marketplaces, la plateforme d’affiliation avec laquelle vous travaillez et qui joue le rôle de tiers de confiance, doit être rémunérée.

Une fois encore, cela vient amputer la marge réalisée par la vente et nécessite un certain investissement en temps.

Le taux de commission d’un affilié, l’éternelle négociation

Enfin, le taux de commission accordé aux éditeurs est souvent un sujet sensible qui donne lieu à de multiples négociations et qui vient ronger toujours plus la marge dégagée par la vente réalisée.

Pour ce dernier point, vous pouvez me répondre que les marketplaces sont également très exigeantes sur le taux de commission. Cependant, une fois sur la marketplace, le temps demandé à l’e-commerçant est très faible, celle-ci se chargeant de commercialiser et d’animer son site avec les produits référencés.

Mais ça marche encore !

Alors oui, l’affiliation c’est cher. Mais je pense malgré tout qu’un e-commerçant ne doit pas se passer de ce levier d’acquisition de trafic, et ce pour plusieurs raison.

1. La performance, c’est l’assurance d’augmenter son portefeuille client

C’est clairement ce qui sécurise les e-commerçants, qu’ils soient débutants ou plus expérimentés. En effet, le modèle économique le plus répandu pour l’affiliation est la rémunération à la commission sur le chiffre d’affaire généré.

Ainsi, bien que cela rogne la marge du produit vendu, comme la vente est réalisée sur votre site internet (et non sur une marketplace par exemple), vous gardez le bénéfice des coordonnées clients qui a conscience qu’il achète chez vous (ce qui n’est pas toujours le cas sur les places de marché).

Vous avez ainsi l’assurance de payer une commission oui, mais également d’augmenter votre portefeuille client que vous pourrez travailler commercialement.

2. Vous pouvez choisir le business model et vos affiliés

Contrairement à d’autres leviers d’acquisition de trafic, vous avez la capacité de choisir le business model qui vous est le plus profitable ainsi que les sites avec lesquels vous souhaitez travailler.

En effet, au départ, l’affiliation, le business model était uniquement lié à la performance, soit par une commission liée à une vente. Depuis, le modèle a évolué et il est désormais possible de commercialiser ses produits sur les plateformes d’affiliations telles qu’Affilinet au CPM, CPC, double clic, formulaire rempli… etc.

Par ailleurs, encore une fois contrairement à d’autres leviers, vous avez la capacité de choisir les sites avec lesquels vous souhaitez travailler. Cela vous sécurise ainsi sur la qualité des sites qui parleront de vos produits. Dans certains secteurs, il est primordial de bien sélectionner les sites annonceurs, l’affiliation permet ce choix.

3. Pour les sites de niche, c’est encore TRES efficace

Dernier argument qui me fait dire que l’affiliation a encore de l’avenir, c’est pour la commercialisation de produits pour un site e-commerce de niche.

Typiquement, sur Joptimisemonsite, qui peut être considéré comme un site de niche au vu de l’étroitesse des sujets traités, je mets régulièrement en avant des modules dédiés à des CMS tels que Prestashop ou des retours d’expériences sur des outils que j’utilise au quotidien.

Au fur et à mesure des années, j’ai tissé plusieurs partenariats avec des e-commerçants et les visites provenant de mon blog ont permis de générer plusieurs milliers d’euros de chiffre d’affaires en 2016. Pour rappel, je n’ai, à l’heure d’aujourd’hui, que 15 000 visites par mois sur ce blog.

Un site ultra spécialisé n’attirera que des spécialistes du domaine, qui sont les plus à même d’être intéressés par les produits présentés. Ainsi, bien que les volumétries soient plus faibles que sur des achats de mots-clés Adwords par exemple, en multipliant les partenariats, cela peut générer un chiffre d’affaires intéressant pour l’e-commerçant.

Un levier d’acquisition cher, mais utile

Au final, en me relisant, je m’aperçois que j’ai un avis très (trop ?) dur sur l’affiliation, car j’ai pu connaître quelques difficultés avec ce modèle de commercialisation par le passé. Cependant, je ne pense pas que ce modèle soit désuet et qu’il faille s’en passer.

Encore une fois, comme pour tout levier d’acquisition, chaque site doit tester et voir si ce levier est rentable pour lui. Dans certains cas, il sera ultra efficace, dans d’autres, beaucoup moins.

Et vous ? Avez-vous un programme d’affiliation ? En êtes-vous satisfait ? Gagnez-vous de l’argent avec ?

Peut-on encore gagner de l’argent avec l’affiliation ?
Moyenne de 5 pour 1 vote

A propos de l'auteur

Sébastien BLERIOT

Evoluant en e-commerce depuis plus de 7 ans maintenant, j'ai profité de mes différentes expériences chez Rueducommerce et Next Interactive (BFM TV, RMC, 01net) et ELEGIA Formation pour développer mon expertise de la vente en ligne en B to C et B to B.
J'accompagne régulièrement des e-commerçants dans l'optimisation de leur stratégie e-commerce.

3 commentaires

  • Je viens de tomber sur votre article que j’ai lu attentivement. L’affiliation a eu son heure de gloire il y a quelques années avant l’apparition de toutes les offres des réseaux sociaux permettant désormais de cibler plus finement : Facebook Ads, Twitter Ads… Mais, comme nous le prouvez, gagner de l’argent avec l’affiliation n’est pas à exclure pour autant. Merci et à bientôt.

  • Salut Sébastien,

    En passant par les plateformes très connues qui existent depuis bon nombres d’années et en ayant en interne un manager d’affiliation je pense que c’est tout « bénéf » pour les annonceurs surtout en terme de notoriété. Si en plus, leur produit et programme attirent des éditeurs de qualité avec une très grosse audience c’est un canal en plus qui ne coûte pas beaucoup car il est basé sur la performance.
    Je suis étonné de voir toutes ces sociétés qui passent à côtés de l’affiliation ou qui mieux ne connaissent même pas ce que c’est.

  • Bonsoir,

    Article intéressant, en effet côté annonceur c’est très chronophage, surtout quand certains éditeurs trichent. Côté éditeur c’est une bonne manière de rémunérer son travail mais ça demande de réaliser des tests car il existe bons nombres de programme au départ il faut faire le tri et une fois qu’on a trouvé les 4-5 tops programmes il faut bien les mettre en valeur. C’est la même chose côté annonceur il va falloir tester plusieurs éditeur avant de trouver les 4-5 programmes qui vont perfé une fois ceux-ci trouvé il faut les choyer.

Laisser un commentaire